A Anse à Pitres, on travaille à l’accueil des rapatriés

| 24/05/2018 | 0 Commentaires

Le travail d’appui des migrants à Anse à Pitre (frontière dominicaine dans le Sud-est) continue. En avril, le Garr (Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés) a réalisé une séance de sensibilisation avec les autorités locales sur les droits humains de base, les droits des rapatriés et le droit des enfants.

Une partie de l’équipe du GARR.

21 personnes y ont pris part à cette séance dont:

  • des policiers,
  • des membres de CASEC,
  • le juge de paix,
  • des représentants de la mairie d’Anse-à-Pitres,
  • des représentants de l’Institut du Bien-Etre Social et des Recherches (IBESR),
  • le point focal à Anse-à-Pitres du Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes,
  • le délégué de ville et des représentants de la société civile.

Ensemble, ils ont pris l’engagement de travailler en faisceau pour le respect des droits humains à Anse-à-Pitres, notamment les droits des rapatriés et des enfants qui sont considérés comme des groupes très vulnérables. Cette séance de sensibilisation a donné naissance à une structure qui travaillera sur certains problèmes liés aux droits humains dans la commune.

Bravo!

Catégories: Général

Commentaires